Peek-a-boo Poker : un jeu de Strip-Poker pixelisé sur Nintendo Nes

Connaissez-vous Peek-a-Boo Poker sur Nintendo Nes ?

Comme son titre l’indique, Peek-a-Boo Poker est un jeu de poker, et pour être plus précis, un jeu de Strip Poker. Le but étant de défier des femmes sexy au poker, et de les dénuder en remportant la partie.

Peek-a-Boo Poker est un jeu sorti sur la console Nintendo Nes en 1991. Il s’agit d’un titre assez difficile à se procurer, et qui se négocie pour plusieurs centaines de dollars sur les sites d’enchère.

peekaboopoker-nes2
Ecran Titre Peek a Boo Poker sur Nintendo Nes

J’ai travaillé dans différents cercles parisiens proposant divers jeux présents dans les casinos, et principalement du poker ; j’étais croupier. Mon travail consistait à organiser les tournois et à animer les tables de poker dealer choice.

Ces quelques années passées à travailler dans ce milieu m’ont permis de développer un certain attrait pour le poker, et récemment, je me suis posé la question de savoir si un jeu de poker était sorti sur Nes. Et bien oui ! Sauf que ce jeu de poker, Peek-a-Boo Poker, est un jeu « pirate » (non licencié) sorti uniquement sur la famicom et sur la Nintendo Nes américaine.

Il s’agit du seul jeu exclusivement consacré au Poker sur Nes, les autres jeux comme Caesar’s Palace ou Casino Kid étant des jeux de casino orientés machines à sou, roulette et Black Jack.

L’objectif de Peek-a-Boo Poker est donc de défier tour à tour trois jolies jeunes femmes aux pixels généreux : Full House Francine, Double Dealing Debbie et Pok-er Penny. Notez que Penny et Francine sont déjà à poil avant de commencer la partie.

peekaboopoker-nes3
Francine, Debbie, Penny de Peek a Boo Poker

Le niveau n’est pas bien difficile, bien que la chance intervient beaucoup plus que dans le poker réel. En effet il vous est possible de gagner un énorme pot avec une paire de 4, votre adversaire sexy vous aura suivi et même relancé avec une simple hauteur As. Attention toutefois, cela fonctionne aussi dans l’autre sens : ne croyez pas que votre couleur est imbattable, bizarrement sur ce titre, plus vous avez du jeu, plus votre adversaire a une main forte. Il vaut donc mieux s’exciter sur une paire de dames (n’y voyez aucune allusion) plutôt que sur un full aux as (en testant le jeu, Francine m’a défoncé mon full avec une quinte flush -véridique !) En gros les statistiques sont très largement corrompues.

peekaboopoker-nes1
A table avec Francine
peekaboopoker-nes
Francine vaincue à son propre jeu

Je vous conseille donc de travailler votre poker sur les sites de casino gratuit plutôt que sur Peek-a-Boo Poker. D’autant plus que, si vous pouvez télécharger le jeu et y jouer sur émulateur, ce jeu est estimé être un des jeux les plus rares de la console, et il vous faudra donc débourser une sacrée somme (environ 350$) si vous désirez vous procurer l’original.

A s’offrir donc qu’une fois que vous avez remporté une vraie partie de poker. 😀

Peek a Boo Poker Cartouche américaine
Peek a Boo Poker Cartouche américaine

J’ai fait quelques recherches sur le web pour essayer de connaître un peu mieux l’histoire de ce titre avant de vous en parler sur mon blog, et je dois dire que je n’ai pas trouvé grand chose, si ce n’est quelques vidéos testant le gameplay, ou plusieurs articles expliquant que ce Peek-a-Boo Poker est l’un des titres les plus rares sortis sur la Nintendo Nes. Ce jeu est édité par Panesian Taiwan Ltd, et n’a jamais été licencié par Nintendo (on imagine facilement que Francine, Penny et Debbie étaient trop sexy pour la petite console grise destinée aux enfants -la jaquette du jeu mentionne d’ailleurs « For Adult Only« ).

peekaboopoker-nes-rectoverso
Jaquette occidentale de Peek a Boo Poker (recto et verso)

Panesian Taiwan Ltd est aussi l’éditeur d’un autre jeu considéré comme très rare chez les collectionneurs : Bubble Bath Babes, qui est un jeu à la Tetris avec (encore) des femmes à poil.

Finalement, Peek-a-Boo Poker sur Nes n’est autre que l’ancêtre de Sexy Poker publié par Gameloft sur Wii(ware), et qui propose un jeu de Strip Poker avec six jeunes demoiselles style manga, cette fois-ci, en version officielle.

Peu à peu Nintendo devient moins prude…

SexyPoker_WiiWare
Peek a Boo Poker : l'ancêtre de Sexy Poker sur WiiWare

Article rédigé en collaboration avec CasinoTop10.net

Peek-a-boo Poker : un jeu de Strip-Poker pixelisé sur Nintendo Nes
Notez cet article !

Link-Tothepast

Blogueur, retrogamer, collectionneur et double Papa ! Sur ce blog, je vous parle de mes passions, de vieux jeux vidéo, de collection, de cyberculture, et parfois d'autres trucs ;)

7 commentaires sur “Peek-a-boo Poker : un jeu de Strip-Poker pixelisé sur Nintendo Nes”

  1. Salut,

    Article très sympa sur un jeu bien original, tant au niveau historique qu’au niveau de la collection. Effectivement, autant les jeux pornos étaient déjà plus courants sur atari 2600 (cf. episode de l’AVGN) autant les jeux panesian sont les 3 seuls.

    Par contre tu as oublié le 3ème jeu panesian : Hot slot, un jeu de machine a sous avec quelques images dénudées, ces 3 jeux sont parmi les plus rares tout simplement parce qu’étant donné leur contenu adulte ils n’étaient distribués que dans les clubs de location de jeux vidéos/cassettes vidéos ou via VPC (comme certaines cartouches pirates européennes, avec le renard mousquetaire), le jeu était donc principalement disponible A LA LOCATION à l’époque.

    (source : http://www.rarenesgames.com/2010/06/bubble-bath-babes-nintendo-nes-panesian-ultra-rare/)
    (http://www.racketboy.com/forum/viewtopic.php?f=2&t=28715)

    et parce qu’ils n’ont été produit qu’en très faibles quantités (soi disant 1500, lu sur un forum, info non vérifiée)
    (source: http://blog.pricecharting.com/2009/03/when-it-rains-it-pourspanesian-nes.html)

    fun fact: le concepteur de ces jeux « hacker international » est japonais, la société panesian qui les distribuait était taïwannaise et les jeux n’ont été distribués qu’aux US

    Dernière chose, je suis quasi sûr que tu le sais déjà mais sait on jamais: pour ceux qui ne veulent pas casser leur tirelire pour un original, en dehors de l’émulation, il est possible d’acheter une reproduction pour pas très cher:

    http://www.retrousb.com/product_info.php?cPath=29&products_id=64

    60 $ et 14$ de frais de port sans suivi ou 30$ avec suivi soit 56.62€ ou 68.87€ frais de port compris au taux de change actuel.

    Note: par ailleurs ce même site propose dans les « dev tools » des linkers NES et SNES très intéressants, notamment pour le « powerpak » SNES qui inclut une puce DSP1 permettant d’afficher le mode 7 (contrairement aux everdrives de krikzz proposés sur d’autres sites)

  2. Salut JB,

    Merci pour toutes ces précisions !
    Très intéressant de savoir que les jeux Panesian étaient disponibles majoritairement à la location.

    Quant au nombre d’exemplaires produits, 1500, c’est assez peu si l’info s’avère être vraie.

    Par contre, j’ai trouvé une version Nes US de Peek-a-boo Poker, et aussi une version famicom, ce qui impliquerait que le jeu ait aussi été distribué au Japon… A moins qu’il n’y ait eu que très peu d’unités produites en version famicom et qu’elles n’aient jamais été distribuées ?
    Enfin actuellement il y a deux version famicom de Peek-a-Boo Poker en vente sur ebay.

    Sinon effectivement les jeux à tendance « sexy » étaient bien présents sur ATARI, mais on en parle déjà souvent et je n’ai pas trouvé de sujets (en français du moins) qui parlaient de l’absence de ce type de jeux sur Nes.

    Le site retrousb propose effectivement des produits très intéressants, voire presque indispensables ! C’est un site que l’on m’a recommandé plusieurs fois déjà, mais je n’ai pas encore passé le pas de la commande ; ça ne saurait tarder… 😉

  3. Hey salut,

    Yep, le fait qu’ils étaient uniquement en location explique en grande partie la rareté, et en continuant les recherches j’ai effectivement trouvé les versions famicom sur eBay mais e commentaire était déjà publié, au temps pour moi.

    Pour le fait que les jeux pornos Atari étaient très répandus et quasiment absents sur NES, pas étonnant que le sujet ne soit pas traité, la réponse est très simple et courte, autant on pouvait publier n’importe quoi pour la Atari 2600 autant sur NES 95% de ce qui était publié avait été approuvé au préalable par Nintendo.

    Retro usb est clairement un site dirigé par de vrais experts, tant sur l’électronique, que la programmation de jeux, que l’histoire, je ne sais pas si tu as vu, dans la section repro, ils ont remarqué que la cartouche donkey kong en black box sur NES avait zappé un niveau présent dans la version arcade et ont recréé la cartouche en réintégrant le niveau « pie factory », c’est pousser le souci du détail relativement loin et ça montre leur niveau.

    Et comme je te l’ai dit les linkers « Powerpak » dans la section Dev tools sont très bien conçus et moins chers que les autres (« Everdrive » fabriqués par un ukrainien dont le pseudo est krikzz)

    http://www.retrousb.com/index.php?cPath=24

    => moins cher
    => mieux conçus
    => mais moins de choix, linkers que pour la NES et SNES

    contre

    http://krikzz.com/severdrive.html

    => plus de choix de linkers pour + de consoles (N64, game gear, etc.)
    => plus cher
    => pour la SNES, il n’y a aucune « puce d’extension » incluse (et donc pas de puce DSP1 donc tous les jeux utilisant le mode 7 ne marcheront pas)

    Note: les jeux SNES utilisant d’autres puces d’extension comme la super FX utilisé pour starfox ou yoshi’s island ne fonctionneront pas

    mais clairement, si on peut avoir quasiment tout le catalogue de jeux NES en une seule cartouche, même si ça coute une centaine d’euros l’investissement vaut le coup ^^

  4. Boum, me voilà!

    Juste pour répondre partiellement à JB:
    1500 ? Peu probable, il est plus facilement trouvable que certains jeux rares édités à plus de 3000 exemplaires.
    Après j’ai lu que le jeu n’était pas à la location mais en vente par correspondance. Après il y a peut être eu des locations (comme tout les jeux NES).

    « fun fact: le concepteur de ces jeux « hacker international » est japonais, la société panesian qui les distribuait était taïwannaise et les jeux n’ont été distribués qu’aux US »

    Hacker International n’as développé qu’Hot Slots, sinon elle achetait les jeux à d’autres sociétés (principalement Taïwanaises) et ajoutait le contenu dedans.

    Sinon, RetroUSB sont des voleurs… Ils se font une tonne de fric pour une compilation de jeux qu’ils n’ont même pas fait. Ils profitent juste de la rareté pour mettre un prix haut.

  5. Réponse à ML:

    – Pour les 1500 exemplaires, j’avais bien précisé que c’était une info non vérifiée vue sur un forum et link avait lui aussi bien précisé « si l’info s’avère être vraie », a priori ça serait faux selon wikipedia les ventes moyennes de ces jeux tournaient autour de 30.000 a 50.000

    source: http://en.wikipedia.org/wiki/Hacker_International

    – Pour la location, j’avais également précisé « ou via VPC », et suite a mes recherches j’ai trouvé des annonces et témoignages de gens qui possédaient des jeux initialement en location, ce qui prouve que certains exemplaires se sont retrouvés à la location même si ce n’était pas leur destination première, je suis d’accord avec toi sur ce point, la vente par correspondance était probablement leur principal moyen de distribution.

    – Pour hacker international, wikipedia confirme ce que tu dis, dans le tableau, la dernière colonne mentionne le développeur quand il s’agit d’un tiers, peek a boo poker aurait été développé par Idea-tek et Bubble bath babes par C&E

    Message pour link en particulier : tu m’avais parlé d’éventuelles versions Famicom de ces jeux, effectivement j’en ai vu sur ebay :
    http://www.ebay.com/sch/cnagy27/m.html?_nkw=&_armrs=1&_from=&_ipg=25&_trksid=p3686

    mais elles proviennent toutes du même vendeur, c’est le seul endroit où j’en ai entendu parler et je doute vraiment de leur authenticité vu leur jaquette, par ailleurs la page wikipedia ci dessus ne les mentionne pas.

    RetroUSB: .:: Troll detected ::. ^_^

    « RetroUSB sont des voleurs » => insulter d’entrée de jeu des gens qu’on ne connaît pas sur la base d’informations comptables (taux de marge, coût de revient du produit) qu’on ne connaît pas non plus, c’est lancer très vite des accusations graves sans base objective donc je t’avouerais que ce genre de discours n’ajoute pas vraiment de crédibilité.

    « ils se font une tonne de fric » => pour avoir parlé a plusieurs chefs d’entreprise dans le milieu du retro gaming, je peux t’assurer que ce n’est pas un marché sur lequel on fait fortune, ni même duquel on peut vivre à temps plein dans pas mal de cas.

    « pour une compilation de jeux qu’ils n’ont même pas fait » => ce n’est pas un argument, on ne leur demande pas d’avoir créé le jeu, on leur demande une reproduction fidèle, ils ne prétendent pas en être les auteurs donc ce n’est pas du plagiat et si tu questionne leur compétence en matière de programmation de jeu, un coup d’oeil à leur section homebrew prouve qu’ils sont capables de faire aussi bien voire mieux.
    ex: j’ai personnellement acheté une reproduction de la nuit étoilée de Van Gogh sur un site chinois, ça n’a aucun sens de dire « c’est dégueulasse ils se font du fric sur une oeuvre qu’ils n’ont pas créé eux même », le prix d’une reproduction dépend de la fidélité à l’oeuvre originale et de la qualité générale, sur ce terrain, il n’y a rien à leur reprocher.

    « ils profitent de la rareté » => les cartouches originales sont rares, pas les jeux (les ROM), la flemme de chercher mais elles sont probablement dispo sur le net, l’oeuvre n’est donc pas rare et n’importe qui peut probablement y jouer sur émulateur avec manette USB ou via un linker style everdrive ou powerpak.

    « pour mettre un prix haut » => C’est clair que le prix est élevé mais franchement je ne pense pas que c’est parce qu’ils cherchent à se faire « une tonne de fric »

    – Un coût de fabrication élevé: soit ils fabriquent les jeux de façon « artisanale », ce qui doit prendre pas mal de temps (et pour cause, leurs jeux sont souvent en rupture de stock), soit font produire par un fournisseur et produire en petites quantités ça doit coûter cher, dans les deux cas ça ne doit vraiment pas être donné. (Puces EPROM et composants divers, circuit imprimé, cartouche plastique, étiquette plastifiée, réfléchis à tous les petits éléments nécessaires, commandés à des fournisseurs différents en petites quantité, aux frais de transport, etc.)

    – Peu de ventes: c’est un jeu que peu de gens, même parmi les collectionneurs, connaissent et donc qui ne doit pas énormément se vendre, et pour que le produit soit viable dans le catalogue d’une petite entreprise comme celle ci, il faut bien compenser l’absence de vente par une marge correcte.

    – Ils ont fait un travail sur les jeux: programmer le menu pour la compilation, grouper les 4 ROM sur les puces, intégrer à leur cartouche une puce ciclone pour qu’elle soit multi régions, tester sur différents supports comme les clones de la NES et la famicom, je ne connais pas tout le détail du développement et il y a probablement bien d’autres choses qu’ils ont du faire mais ce n’est pas aussi simple qu’un copier coller. En particulier pour le jeu Sachen Papillon ajouté à la compilation qui est à l’origine un jeu famicom, je suppose qu’il a fallu un certain travail d’adaptation.

    – Le prix du savoir faire: On voit bien que les gars sont des pointures, dans le prix il faut inclure leur expertise en électronique et en programmation NES, c’est pas tout le monde qui pourraient faire ce qu’ils font, sinon ça ferait longtemps qu’ils auraient été copiés.

    Sans rancune, je ne cherche pas le conflit, je dis juste de réfléchir un peu plus avant de traiter qui que ce soit de voleur, de se baser sur des éléments objectifs et de se mettre dans leurs basket un peu, retroUSB est juste une petite entreprise de passionnés sur un marché de niche, ce n’est même pas sûr qu’ils arrivent à vivre de leur activité et franchement, quand tu vois l’ingéniosité et la qualité de certains produits qu’ils proposent comme les powerpak, ils peuvent se permettre de ne pas brader leur savoir faire.

    PS: désolé link, il faut vraiment que j’arrête de te poster des tartines en commentaires ^_^ »

  6. Rapidement sur RetroUSB:
    Ils ne programment pas les jeux mais ne font que les publiés. Après je ne commente pas le travail des « homebrewers ».

    Ils fabriquent tout en Chine. Donc les prix c’est vite vu.

    Après, ok je veux bien ils ont l’exclusivité. Mais bon ça reste cher pour ce que s’est. Surtout que faire le menu pour une multicartouche, c’est pas compliqué. Si je ne me trompe pas, Papillon Gals a été publié par Hacker aussi. Comme ils ont plusieurs jeux avec le mapper M113 (Hacker) et MMC3 (Panesian), ils peuvent facilement comparer les fichier et trouver quoi modifier dans la ROM.

    Après sur certain produits, ils font tabac. Ça je le sais. Les copies de la cartouche NWC se sont écoulées à plus de 260 exemplaires rien que pour la première version (qui date facilement de 2008-2009).

    Après celui qui tient retrousb à clairement dit sur un forum qu’il ne produisait seulement les choses qui pouvaient lui faire gagner beaucoup d’argent.

    ~~
    Oui les éditions Famicom se trouvent au Japon principalement, après si tu cherches les versions C&E ou Idea-Tek, c’est à Taïwan qu’il faut voir.
    C’est ma spécialité les jeux pirates :p

    Mais les éditions HI sont plus courantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *