On m’a très souvent demandé de rédiger un guide sur le sujet des fausses boîtes. Si je savais que je m’y collerai un jour, j’en ai pourtant toujours repoussé la rédaction. Mais cette fois-ci, je me lance.

Depuis quelques années, nous avons vu de nombreux faux jeux vidéo arriver sur le marché, que ce soit sur internet ou dans les brocantes.

Vous pouvez télécharger le dossier complet gratuitement (Comment les jeux vidéo sont devenus des objets de collection)

Je ne vais pas parler ici des jeux “pirates”, c’est à dire commercialisés sans avoir été licenciés, mais je vais m’intéresser aux faux “jeux de collection”.

Je ne parlerai pas non plus (et c’est à regret) des faux jeux Neo Geo, car je ne m’y connais pas assez (en revanche j’en profite pour lancer un appel au connaisseur qui saura compléter mon dossier avec un guide sur le problème des faux jeux Neo Geo).

Je parlerai dans cet article principalement des faux jeux en boîtes cartonnées, et surtout des faux jeux Nintendo en boîte cartonnée. Je parlerai aussi d’un phénomène relativement nouveau qui prend de plus en plus d’ampleur : le cartmodding.

Depuis quelques années, plusieurs sites proposent des centaines de boîtes scannées à télécharger librement et à imprimer, qui permettent de refaire une boîte de jeux Nintendo Nes , Super Nes, Nintendo 64, Gameboy

S’agissant d’originaux scannés, puis retouchés sur Photoshop, le résultat est très poche de la qualité d’une boîte de jeu originale en état neuf ; et s’il est parfois possible pour l’ initié de les déceler, n’importe quel néophyte ne ferait aucune différence.

Après avoir présenté les effets engendrés par ces fausses boîtes sur le marché, je m’attarderai sur les différents aspects à observer pour reconnaître une contrefaçon.

Je parlerai ensuite du cartmodding.

Mais dans un premier temps, observons le contexte dans lequel ces faux jeux sont apparus.

Apparition des fausses boîtes

Le concept des reproductions de boîtes n’est pas né dans le but de duper le collectionneur, mais par le constat qu’il devenait de plus en plus difficile (et onéreux) de se procurer certains jeux en boîtes.

L’idée partait donc d’une “bonne intention” puisqu’il s’agissait de proposer aux détenteurs des cartouches en loose, d’imprimer et de refaire des boîtes.

Le solgan d’une de ces bibliothèques numériques de boîtes Nintendo étant d’ailleurs : “Habillez vos jeux en loose”.

Mais il faut se méfier des “bonnes intentions” – les pires choses de l’Humanité ont été accomplies avec de “bonnes intentions“.

Il n’aura pas fallu longtemps pour que certaines personnes malavisées surfent sur la vague de la hausse des prix pour proposer ces fausses boîtes à la vente, sans préciser qu’il s’agissait de reproductions.

L’absence de défaut sur ces boîtes permet à leurs vendeurs d’empocher de jolies sommes dépensées par les collectionneurs qui croient acquérir des originaux en état neuf, et qui y mettent le prix en conséquence.

J’ai vu un grand nombre de collectionneurs se faire avoir.

Moi-même, je me suis fait avoir deux fois !

Alors que certains collectionneurs militaient pour la disparition de ces sites, j’y voyais tout de même un intérêt d’archivage certain, et surtout une évolution contre laquelle on ne pouvait pas lutter.

A mon sens, il valait mieux chercher à s’adapter au plus tôt pour préparer l’avenir (Sarah Connor’s talking).

Il fallait que les collectionneurs disposent d’une marque de reconnaissance sur ces boîtes imprimées.

Il y a quelques années, j’avais contacté ladministrateur de la plus importante bibliothèque numérique de boîtes (Npes aujourd’hui devenu NintandBox).

Je l’avais invité à venir débattre avec les collectionneurs sur le forum de France Retrogaming. Après un long débat, nous avions obtenu qu’il soit apposé sur les scans en téléchargement la mention “unofficial box” à la place des numéros des codes barres des boîtes.

Ainsi il ne suffirait plus de supprimer la mention “unoffical box” mais il faudrait aussi connaître le numéro du code barre originel de la boîte afin de pouvoir reproduire un faux.

Malheureusement, cette sécurité a vite été contournée

Désormais, comme dans tous les domaines de collection, la contrefaçon existe aussi dans les jeux vidéo.

Si il est difficile de différencier une boîte originale d’une boîte contrefaite, il est presque impossible d’avoir la certitude qu’une boîte est authentique en se basant sur une simple photo.

Un nouveau paramètre allait entrer en compte : lorsqu’un jeu est en “trop” bon état, on se méfie : “c’est sûrement une boîte imprimée.”

  • J’ai reçu des emails en mode gros pavé de collectionneurs qui se tapaient des paranoïas monumentales sur des jeux qu’ils avaient reçus parce qu’ils étaient en “trop” bon état… C’est presque comique sérieusement !
  • J’ai connu un collectionneur Nes (qui avait le full set NES PAL), qui a arrêté la collection depuis l’arrivée des fausses boîtes.

Conséquences de l’arrivée des contrefaçons

“Le faussaire fera preuve d’intelligence, et provoquera quelques traces d’usure volontairement sur ses boîtes imprimées afin de faire croire à des originaux.”

Ça vous fait peur hein. Et bien voilà où on en est, et le type de craintes dont m’ont fait part bon nombres de collectionneurs par email ou sur forum.

Le phénomène est devenu tellement courant, que nous pouvons retrouver sur internet des annonces qui proposent la réalisation de ces fausses boîtes moyennant rémunération.

Nous retrouvons aussi des annonces qui expliquent clairement qu’un jeu est une reproduction, et si le collectionneur ne s’attarde pas sur ces annonces, ces jeux se vendent tout de même à des prix élevés.

Bien que l’intention de ces bibliothèques ne soit pas malhonnête, il était évident que, rapidement, cette mise à disposition de scans de boîtes allait provoquer de nombreux problèmes sur le marché de la collection de jeux Nintendo en boîte cartonnée.

Bien qu’il soit explicitement indiqué sur les sites concernés que ces boîtes sont réservées à un usage personnel, au fil des différents propriétaires, ils sont revendus en tant qu’originaux, sans même que le vendeur ne soit au courant que son jeu est un faux.

Il faut dire que très vite sont apparus différents tutoriaux expliquant quel papier, quelle encre, quel type d’imprimante utiliser afin d’obtenir le meilleur rendu possible à savoir, le résultat le plus proche d’un original.

L’avenir est donc à la suspicion, mais aussi à la hausse des prix des jeux dont preuve est faite qu’il s’agit d’originaux en très bon état.

Le marché de la collection de jeux vidéo étant à ses débuts, il se cherche encore aujourd’hui, avec toutes les conséquences que cela implique, à savoir que pour l’instant, les cotes évoluent.

Puisque cet article est consacré à la contrefaçon, il faut parler d’un autre phénomène qui a commencé à apparaître en 2003, et qui se développe depuis 2007-2008 : le cartmodding.

Le cart-modding

Rôle du cart-modding

Le cart-modding, si vous ne savez pas ce que c’est, en voici une définition :

 Le cartmodding : signifie littéralement modification de cartouches. L’action consiste à changer la puce d’une cartouche dont le jeu est banal ou de piètre qualité, par une puce vierge sur laquelle on a programmé la ROM (programme du jeu) d’un autre titre plus recherché ou de meilleur qualité.

Le cartmodding répond à plusieurs besoins.

Modifier le format de compatibilité région

Le cartmodding permet de rendre disponible dans le format d’une région, un jeu qui n’est sorti que dans une autre région. C’est le cas par exemple de Seiken Densetsu 3 (Secret of Mana 2) qui est sorti sur Super Famicom uniquement au Japon (et donc en version japonaise et au format ntsc). Impossible donc, même pour un européen qui comprend le japonais, d’y jouer sur sur sa Super Nintendo PAL.

Voilà un des premiers enjeux du cartmodding : rendre compatible pour une région, un jeu destiné à une autre région.

Traduire un jeu

Le second enjeu pour le cartmodder (celui qui effectue la modification de la cartouche) est de modifier le contenu de la ROM afin de traduire les textes à l’écran, et de permettre ainsi aux petits Français que nous sommes, de jouer à Chrono Trigger en français (par exemple).

Mettre à disposition un jeu non commercialisé ou un homebrew sur console

Par extension, le cartmodding permet également de rendre disponible sur console, des jeux qui n’ont jamais été commercialisés, mais dont on peut trouver la ROM en téléchargement (légal ou non) grâce à internet, et y jouer en émulation sur son PC.

L’Émulation : consiste à substituer un matériel informatique par un logiciel.

L’Émulateur : est donc un logiciel qui permet de remplacer une machine afin de faire fonctionner des programmes destinés à fonctionner sur celle-ci.

Le cartmodding permet également d’imprimer sur cartouche et de rendre disponibles sur différentes consoles, des jeux appelés homebrew (fait maison) et développés par des passionnés.

Recréer un jeu rare

Souvent, qui dit “rare”, dit “cher”. Grâce au cartmodding, il est possible d’imprimer sur la cartouche d’un jeu commun, facilement trouvable et peu onéreux,  la ROM d’un jeu difficile à se procurer sur certaines consoles, et qui coûtent par conséquent assez chers pour certains.

Évolutions et problèmes de contrefaçon liés cart-modding

Si au départ (dans les années 2003), le cartmodding ne consistait qu’à reproduire la cartouche d’un certain titre, très vite, les cart-modder ont voulu offrir à leurs productions, une étiquette pour la cartouche, une boîte, mais également une notice.

Si pour les jeux homebrew, ou pour les jeux jamais sortis dans une région, cela ne posait aucun problème pour la collection ou pour les collectionneurs (puisqu’il était entendu qu’il ne s’agissait pas de produits officiels), ce n’est pas le cas des jeux rares cartmoddés.

En effet, la richesse des bibliothèques numériques que nous évoquées précédemment dans cet article, constitue une véritable base de données pour le cartmodder qui va pouvoir reproduire boîtes, étiquettes de cartouche, et notices pour les cartouches qu’il modifie afin d’y insérer des ROMS de jeux rares et prisés.

Il est donc possible de retrouver un jeu en boîte et notice, 100% identique à l’original, mais 100% contrefait.

Si les premiers cartmodders à avoir initié la pratique, ne l’ont pas fait dans le but de tromper d’éventuels acheteurs, mais de proposer un vrai service aux joueurs, ce n’est pas le cas de certains nouveaux entrants dans le milieu, qui se permettent de vendre sur ebay des jeux non officiels dont on sait qu’ils ne sont jamais sortis chez nous, sans préciser, qu’il s’agit de reproductions.  Ça n’est pas le cas non plus de ceux qui reproduisent des jeux officiels à l’identique pour les revendre.

Il faut observer encore une chose : les annonces qui vendent des cartmods complets (boîte, notice et cartouche) et qui précisent qu’il s’agit de reproduction, voient tout de même leur prix s’approcher des cotes des jeux officiels.

La raison est simple : si le jeu doit être revendu, la plupart du temps il sera revendu en tant qu’officiel en très bon état.

Passons maintenant à la partie vraiment intéressante de cet article.

Reconnaître une fausse boîte

J’ai beaucoup réfléchi sur la question de publier les différentes façons de déceler une fausse boîte de jeux Nes, Super Nes, Nintendo 64 ou Game Boy (Color/Advance).

En effet après avoir discuté sur certains forums avec d’autres collectionneurs, la crainte que cela puisse aider le “faussaire” à améliorer la qualité de ses reproductions se faisait ressentir.

J’ai finalement décidé d’intégrer cette partie à mon dossier.

Il est très difficile de différencier un faux d’un original ; il existe toutefois quelques caractéristiques propres aux faux qui permettent de les déceler.
<h3id=”carton” style=”padding-left: 30px;”>La qualité du carton

Le carton est parfois trop souple ou trop rigide.

Le toucher peut aussi être évocateur : la fausse boîte présente une surface plus lisse qu’un original.

Il faut observer la couleur de l’intérieur de la boîte, ce n’est pas le cas de tous les faux mais parfois, l’intérieur du carton est blanc, ou plus clair qu’un original.

Souvent aussi, et toujours à l’intérieur, on peut noter que les pliures sont plus accentuées que sur les originaux.

faux-pliure

pliure sur fausse boîte

vrai-pliure

pliure sur vraie boîte

La qualité de l’impression

L’impression est souvent plus brillante, elle est sujette à des reflets plus accentués qui, s’ils ne se voient pas à l’oeil nu, se constatent à la lumière.

reflet-faux

reflet sur fausse boîte

reflet-vrai

reflet sur vraie boîte

Il convient aussi d’observer de près certaines parties de la boîte qui peuvent révéler des défauts d’impression, notamment sur les textes écrits en petit et en gras qui apparaissent alors plus flous ; ou alors simplement sur certains endroits qui présentent des défauts assez visibles. Sur la photo ci-dessous, on observe que la peinture dorée a bavé sur l’impression de la capture d’écran.

defaut-impression

défaut d’impression sur fausse boîte

Observez aussi de près, à la loupe, toutes les parties blanches de l’impression de la boîte. En effet, la différence de ton blanc entre un faux et un original se démasque assez facilement.

faux-sceau

sceau d’une fausse boîte

vrai-sceau

sceau d’une vraie boîte

Les traces de colle

Un autre élément, pas toujours présent mais qui peut constituer un très bon indicateur, est la présence de colle qui déborde à la jointure, sur l’intérieur de la boîte.

trace-colle

trace de colle sur la pliure intérieure d’une fausse boîte

Si les boîtes et les cartouches peuvent être contrefaites, c’est aussi le cas des jeux sous blister. Là encore le préjudice peut être élevé de par les prix parfois insolents qu’atteignent certaines pièces.

Reconnaître un faux blister

Il y a plusieurs années, j’avais rédigé un premier guide sur ebay qui avait pour but de prévenir les collectionneurs concernant les faux blister qui circulaient de plus en plus.

J’y expliquais comment reconnaître un blister Nintendo officiel.

En effet comme nous l’avons vu dans les précédentes parties de ce dossier, les jeux sous blister sont très recherchés et il se négocient pour certains titres à plusieurs centaines voire milliers d’euros.

Il était donc évident que certains essayeraient d’en profiter en vendant des faux.

J’avais mis à jour ce guide en 2010 sur mon blog, et aujourd’hui je le reprends encore dans ce dossier.

Alors comment reconnaître un faux blister ?

Pour répondre à cette question il faut énumérer dans un premier temps les différents types de blister existants.

Les différents types de blister Nintendo

Il existe différents types de blisters dans lesquels les jeux Nintendo sont scellés.

En effet au cours des différentes générations de consoles Nintendo, les packaging ont évolué, et par conséquent les blisters aussi.

De plus il faut noter que selon les pays, les blister ne sont pas forcément les mêmes.

Avant toute chose, nous allons lister tous les différents types de blisters officiels que l’on peut rencontrer:

  • Les blisters rigides (ou blister pack ou encore coque rigide ou dure)
  • Les blisters souples avec ligne horizontale au dos (horyzontal seem line)
  • Les blisters souples avec ligne verticale au dos (vertical seem line)
  • Les blisters souples avec liseret vertical marqué Nintendo en rouge (vertical red strip)
  • Les blisters souples avec liseret horizontal marqué Nintendo en rouge (horyzontal red strip)
  • Les blisters souples avec liseret horizontal marqué Nintendo gris (horyzontal grey strip)
  • Les blisters type DVD

Vous ne trouverez jamais d’autres blister Nintendo, si vous en rencontrez un différent de la liste ci-dessus, c’est un faux !

Les blisters rigides, ou blister pack.

Ce type de blister est propre à la France et à la Belgique uniquement. Vous pourrez retrouver sous ce type de blister les jeux Nes, Super Nes, Nintendo 64, Game Boy et Game Boy Color.

alttpblister

Les blisters souples, avec ligne horizontale au dos

Ce type de blister est présent sur les jeux américains sortis aux Etats Unis, au Mexique et au Canada.

Nous les retrouvons sur les jeux Nes, Game Boy, Game Boy Color et Game Boy Advance.

zelda-sealed-horizontal-seem-line

Si, pour un jeu originaire d’un des pays évoqués ci-dessus, sur un de ces supports vous ne voyez pas apparaître la ligne horizontale au dos du blister, c’est que vous n’êtes pas en présence d’un blister officiel Nintendo.

Il m’est arrivé aussi de trouver des jeux Gamecube en version japonaise qui disposaient d’un blister avec ligne horizontale au dos.

Les blister souples avec ligne verticales au dos

Ce type de blister est présent sur les jeux SNES et N64 Américains sortis aux Etats Unis, au Mexique et au Canada.

La ligne est exactement la même que sur les jeux Nes, GB, GBC, ou GBA américains, si ce n’est qu’elle est verticale.

verticalseemline

De la même façon si sur un jeu SNES ou N64 américain, cette ligne verticale n’est pas présente au dos du blister, alors il ne s’agit pas d’un blister officiel dit factory sealed (scellé d’usine).

Les blisters souples avec liseré vertical rouge marqués Nintendo

Ce type de blister se retrouve dans tous les pays, sauf sur le continent américain et asiatique.

En gros il s’agit d’un blister propre à l’Europe.

blister-liseret-nintendo-rouge

Nous retrouverons ce type de blister sur les jeux Nes, Super Nes, et N64 sortis au Royaume Uni, en Italie, en Allemagne, en Suisse et aux Pays Bas. Mais aussi sur les jeux Game Boy, Game Boy Color et Game Boy Advance sortis en Europe (France, Allemagne, Royaume Uni, Espagne, Italie et Suisse.)

Certains jeux Gamecube ont été blistés par erreur dans ce sens là. Ce ne sont pas des faux, mais des pièces extrêmement rares.

Les blisters souples avec liseré horizontal rouge marqué Nintendo

Ce type de blister se retrouve sur les jeux Gamecube, Wii et DS sortis en Europe.

liseret-nintendo-rouge-horyzontal

Les blisters souples avec liseret horizontal marqué Nintendo en gris

Ce type de blister se retrouve sur les dernières générations de jeux Wii et DS sortis en Europe.

Les blisters type DVD

Les blister type DVD sont n’ont aucune marque de reconnaissance. Il s’agit de blisters souples qui sont scellés sur les quatre coins de la boîte.

Nous les retrouvons sur les jeux Gamecube, Wii et DS américains ainsi que sur tous les jeux Nintendo japonais (famicom, Super Famicom, N64, Gamecube, Wii, Game Boy, Game Boy Color, Game Boy Advance et DS et 3DS)

Les blister des autres marques

En France, chez Sega aussi on pratiquait le blister rigide.

On retrouve donc les jeux Master System, Megadrive, Saturn et Dreamcast dans des blister rigides officiels Sega.

Notons également que les blister Dreamcast se retrouvent majoritairement dans des blister souples avec liseré.

Chez Sony, en Europe, on retrouve également les jeux Playstation sous blister rigide.

Cela dit ils sont très rares car la très grande majorité des blister Playstation sont des blister souples avec liseré marqué Playstation.

Les blister éditeurs et distributeurs

Si il arrive fréquemment que l’on rencontre des jeux dans des blisters différents que que ceux listés ci-dessus, il ne s’agit pas pour autant de faux blister ou de jeu “re-blistés”.

En effet, les éditeurs et les distributeurs procèdent également au conditionnement sous blister des jeux.

Il faut comprendre que la présence d’un blister non officiel n’implique pas pour autant que le jeu n’est pas neuf. Ces blisters peuvent être de toute sorte, ils n’apportent selon moi absolument aucune valeur supplémentaire au titre neuf.

Reconnaître un blister officiel

Nous allons observer quels sont les différents types de blister qui sont sujets à la contrefaçon, et de quelle manière distinguer le faux du vrai.

Les blister rigides

Il y a encore quelques mois, je vous aurai simplement dit de vous méfier des blister rigides trop abîmés qui peuvent avoir été sujets à restauration et abriter un jeu d’occasion. Ils sont difficiles à déceler en se basant sur une photo. En revanche si vous avez la pièce entre les mains, il faut observer si des traces d’usure apparaissent sur la boîte à l’intérieur du blister.

Mais aujourd’hui, ce type de blister semble, depuis quelques mois seulement, être sujet à la copie, malgré que ce type d’emballage soit très difficile et coûteux à falsifier car nécessitant de véritables machines industrielles.

Il existe plusieurs moyens de les déceler cela dit je ne vous en donnerai qu’un seul, celui qui a été révélé par Pit56 sur différents forums.

La face avant d’un blister rigide original doit coller parfaitement à la face avant de la boîte du jeu. Dans très rares cas, notamment pour les jeux Nintendo 64, il peut y avoir un millimètre d’écart entre la face avant du blister et la face avant de la boîte.

Il faut donc comprendre que si la face avant du plastique d’un blister laisse un écart de plus d’un millimètre entre sa face avant et la face avant de la boîte, il s’agit d’un faux blister rigide.

Les blisters souples à liseré

Ce type de blister est trop compliqué à reproduire, le faussaire préférera tenter sa chance avec un simple blister souple sans liseré, d’autant plus que l’insertion d’un liseré sur un blister ne peut être fait que par une machine industrielle.

Il faudrait donc, soit avoir accès à ce type de machines dans une entreprise, soit les faire produire.

Dans ce dernier cas, il est peu probable qu’une entreprise d’emballage accepte de produire des liseré imprimés d’un nom de marque déposé, en facturant une autre personne que la marque.

Les blisters avec ligne au dos

Ce sont ce type de blister qui est fortement sujet aux arnaques, ou plutôt aux confusions dirons-nous.

En effet, la marque de reconnaissance se situe au dos du jeu et si l’on vous présente le jeu avec une seule photo du devant de la boîte, il n’y a aucun moyen de savoir s’il s’agit d’un original car ce type de blister se rapproche fortement du simple blister souple en plastique que n’importe quelle machine à blister (que n’importe qui peut se procurer) pourra imiter.

En revanche, à ma connaissance je n’ai encore jamais vu cette ligne copiée de manière fidèle. Certains ont tenté de reprendre cet effet de ligne au dos du jeu, mais la reproduction est grotesque et se reconnaît au premier coup d’oeil.

Et quand bien même vous auriez un doute: sur le dessus et le dessous des boîtes Nes, SNES, N64, GB/color/advance, il existe deux bulles d’air de chaque coté, qui sont une marque de reconnaissance de plus que nous a laissée Nintendo pour officialiser un blister de ce type de jeux.

bubblesealed

Les blisters de types DVD

Il est très difficile de reconnaître avec certitude un faux pour ce type de blister. En fait, je me demande même s’il existe un réel moyen d’authentifier un de ces blister sans l’ouvrir.

Ma seule idée serait d’essayer de jouer avec le plastique afin d’essayer de voir si le jeu sous le blister comporte des micro-rayures sur le plastique de protection de la jaquette en papier.

Vous pouvez aussi regarder si le blister est bien tendu sur le jeu, car certains petits malins s’amusent à prendre des blister de DVD pour y insérer des titres recherchés dedans.

Quand c’est le cas, il y a un peu d’espace entre le plastique et le jeu, et on peut démasquer sur le dessus ou sur le dessous de la boîte, un scellé imparfait car ressoudé “à la main”.

Souvenez vous aussi que vous ne retrouverez jamais un blister de type DVD sur un jeu PAL.

Il resterait encore des choses à dire sur le sujet des contrefaçons, notamment sur les jeux Neo Geo. Cet article sera certainement actualisé. Si vous avez des connaissances supplémentaires, n’hésitez pas à les apporter en commentaire.

Lire la suite ou télécharger le dossier complet

Tenez vous informés des prochaines publications en me suivant sur twitter, ou en vous abonnant à la newsletter du blog.