Dragon Ball est avant tout un dessin animé de bagarre… Alors faut-il aimer la bagarre pour aimer Dragon Ball Z ? Derrière cette question à fortes implications philosophiques, se cache une préoccupation personnelle. Mon fils – qui n’aime pas la bagarre – aimera-t-il Dragon Ball ? Pourrai-je partager avec lui ma passion pour cet anime culte ? Regarderons-nous ensemble les épisodes de Dragon Ball ?  Aura-t-il la même fascination que nous autres nés dans les années 1980 avons pu éprouver pour les aventures de Goku ?

Quel papa geek (quel papa tout court d’ailleurs) n’a pas envie de faire découvrir et de partager avec ses enfants les passions qu’il a eues petit ?

Pour Noël, j’ai offert à mon fils de 6 ans une Mini Nes. Je dois reconnaître que c’était aussi un cadeau que je me faisais à moi-même : celui d’offrir la même console que j’ai eue au même au âge ; celui de lui faire découvrir les jeux de mon enfance ; celui de lui transmettre ma passion pour Zelda, et ce Zelda en particulier.

Je me suis à moitié cassé les dents avec la mini Nes ; à moitié seulement car il « n’aime pas trop Zelda pour l’instant » mais il joue pas mal à Super Mario Bros, et il commence à avoir une certaine dextérité avec le pad de la Nes.

De mon coté, j’ai beaucoup rouillé en quelques années…

Moi qui finissais Super Mario Bros en à peine plus de 6 minutes, aujourd’hui je galère pour le finir tout court. Mes enfants attendent toujours de voir la princesse (ils ne vont pas être déçus…), mais ce n’est pas plus mal finalement. Il m’avait fallu des mois et des mois à l’époque pour terminer Super Mario Bros.

Il faut faire durer le plaisir, c’est aussi le principe d’avoir offert cette Mini Nes d’ailleurs : faire découvrir à mes enfants le jeu vidéo par là où il a commencé, et avec les difficultés et contraintes que cela implique.

Mais revenons en à nos boules de cristal…

Il y a quelques jours semaines, à force de voir des figurines ou des cartes Dragon Ball Z traîner à la maison, mon fils m’a demandé s’il pouvait regarder Dragon Ball.

végéta pleure

Quand mon fils m’a demandé s’il pouvait regarder Dragon Ball…

Mes yeux se sont remplis de larmes ! 🙂

Je lui ai mis les premiers épisodes de Dragon Ball sur ma tablette, et soudain je me suis posé plein de questions, et c’est comme ça que j’ai commencé à écrire cet article.

Mes enfants regardent dragon Ball sur tablette

Back in the 90’s <3 La petite était motivée aussi !

Peut-on aimer Dragon Ball si on n’aime pas la bagarre ?

J’ai eu peur que ça ne lui plaise pas. Dragon Ball est un dessin animé de bagarre, et mon fils n’aime pas la bagarre. Il n’aime pas ceux qui font la bagarre (cela implique ses copains d’école aussi bien que Spiderman).

Je me suis donc dit qu’il y avait peu de chances qu’il aime bien Dragon Ball où ça se bastonne quand même tout le temps et où c’est qui qu’est le plus fort

Si ça ne lui plaisait pas dès le premier épisode, j’aurais flingué la possibilité de partager deux de mes mythes avec mon fils en 1 mois : Zelda (encore que je garde espoir), et Dragon Ball.

La pression était trop élevée, il fallait que je prépare un peu le terrain

J’ai donc commencé par lui expliquer que chaque épisode de ce dessin animé était la suite directe de l’épisode précédent ; et que tous les dessins animés de Dragon Ball n’étaient en fait qu’une seule très grande histoire, tellement longue qu’à la fin, le petit garçon (Goku) devient carrément grand-père.

Ça l’a fasciné ! Plutôt bon départ donc !

Et la suite aussi : il était à fond sur les 9 premiers épisodes.

Le principe de l’aventure à la recherche des sept boules de cristal pour appeler un Dragon qui peut exaucer n’importe quel vœu, eh bien ça marche encore aujourd’hui. Et c’est à la limite de l’hypnose que mon gamin s’est maté les 10 premiers épisodes de Dragon Ball.

J’en ai regardé quelques-uns avec lui.

C’était la VF bien sûr, la VF censurée…

Celle dans laquelle Yamcha a la phobie du Shampoing (quand il voit voit Bulma nue sous sa douche – mais au secours quoi !).

yamcha a peur en voyant bulma sous sa douche dans dragon ball

J’ai peur du shampoing !!

Je lui ai bien sûr expliqué la véritable histoire (Yamcha est trop timide).

C’est dingue à l’époque ce qu’ils nous ont fait passer, ils étaient sans pitié avec les doublages qui sont juste complètement absurdes dès qu’il s’agit de censurer certains passages. Dans Dragon Ball, c’est encore plus flagrant que Dragon Ball Z.

Enfin ce n’est pas la première fois qu’on en parle sur le blog…

Petit conseil d’ailleurs : si vous voulez revoir les épisodes de Dragon Ball et de Dragon Ball Z, c’est version originale sous-titrée obligatoire ! Malheureusement, notre VF de l’époque est difficilement regardable aujourd’hui.

Mon grand garçon était donc très réceptif

il rigolait de la naïveté de Goku et trouvait les dessins « très beaux » (c’est un sensible, rappelez-vous, il n’aime pas la bagarre).

Par contre il a été choqué du comportement de Bulma, puis de Chichi : « les femmes sont bizarres dans ce dessin animé, elles crient tout le temps« . Et il n’a pas encore rencontré Lunch (au moment où j’écris cette ligne).

Tout allait bien jusqu’à ce que…

Jusqu’à ce que ce con d’Oolong demande une culotte à Shenron.

oolong demande une culotte à shenron dans Dragon Ball

Je veux une culotte !

Sanction immédiate : « Hein mais c’est nul ! »

Je me suis confondu en explications : « Mais il a dit n’importe quoi pour pas que Pilaf devienne Maître du monde. »

Il m’a répondu « Oui mais pourquoi une culotte ? »

Je n’allais pas lui répondre que ce petit cochon n’était en fait qu’un gros obsédé. Et il a fallu couper pour partir à ce moment-là… Dur.

Le soir en rentrant, j’ai bien cru que la culotte avait été fatale : il regardait les pyjamasques

Arf… J’ai fait semblant de rien… Mais le lendemain, surprise !

Il demande la suite de Dragon ball ! Yes !

Et depuis, il est à fond, je me pose avec lui pour regarder un ou deux épisodes, il vient de terminer le Budokaï avec Jacky Chun et là il est en plein « Armée du ruban rouge ».

Il est encore un peu jeune, à mon avis, pour pouvoir vraiment apprécier mais je pense que c’est une bonne chose qu’il fasse connaissance dès maintenant avec Goku, Krilin, Bulma, Tortue Géniale et toute la bande.

Et entre nous, c’est du pur bonheur de pouvoir se poser avec son fils dans le canapé et de mater un épisode de Dragon Ball après avoir fait une partie de Mario ou de Zelda !

On peut donc aimer Dragon Ball sans aimer la bagarre

Evidemment qu’on peut aimer Dragon Ball même si on n’aime pas la bagarre !

Dragon Ball, ce n’est pas que de la bagarre !

Dragon Ball, c’est avant tout une superbe aventure qui met en scène des personnages charismatiques et attachants qui ont chacun une histoire particulière et qui entretiennent des relations profondes d’amitié, de rivalité, de fidélité…

Dragon Ball, c’est aussi des valeurs : celles du travail, de la simplicité, du dépassement de soi-même et de sa condition d’être humain, de l’espoir des causes perdues…

Dragon Ball c’est aussi tout un univers drôle et loufoque, celui d’Akira Toriyama.

Dragon Ball, c’est tout ça !

Rappelez-vous, nos parents (et toute la société de l’époque), avaient justement peur que ces dessins animés japonais nous rendent violent. Cette chère Ségolène avait fini d’enfoncer le clou avec son livre « Le ras-le-bol des bébés zapeurs« .

Et évidemment NON !  C’est le même débat que celui de la violence dans les jeux vidéo : la grande majorité des fans de GTA ne sont pas des gens violents, et ne le sont pas devenus en y jouant.

C’est pareil pour les dessins animés : à ma connaissance, il n’y a jamais eu d’accident avec kaméhaméha dans une cour d’école.

Bref…

Mon gamin qui n’aime pas la bagarre aime Dragon Ball, et ne deviendra pas violent en regardant Dragon Ball.

Ce qui est sûr, c’est qu’il aura ses Dragon Ball, ses Zelda, ses sports, ses goûts en fait, et c’est tant mieux.

Ça reste un plaisir immense de pouvoir partager des passions d’enfance avec ses enfants, même juste un petit peu ; c’est d’ailleurs quelque chose que l’on retrouve beaucoup dans Dragon Ball.

goku gohan dragon ball noir et blanc